Tout le monde peut le voir à partir d’images de l’espace,

mais personne ne l’a filmé de l’intérieur !

Jusqu’à ce que nous le fassions.

Pour partager avec vous cet endroit étonnant

Réservoir Manicouagan : son histoire et mystères

Laissez-moi vous dire pourquoi et comment je suis devenu obsédée par le réservoir de Manicouagan. Ce territoire de 1943 km2 est le théâtre de nombreuses histoires géologiques, naturelles et humaines et pourtant, la majeure partie de ce territoire est maintenant complètement submergée, ce qui le rend invisible.

Comment se fait-il que nous puissions voir tant de photos de ce site prises de l’espace et aucune de l’intérieur ? Nous vous emmènerons suivre une expéditionà braver les eaux froides, noires et fortement sédimentées afin de rendre l’invisible, visible. Pour écrire une histoire oubliée et pourtant si importante et riche.

Re-connecter

  • Au passé : celui qui appartient à la communauté innue.
  • À la terre : celle qui nous fait tous vivre.
  • Au monde intérieur : celui qui nous pousse à repousser nos limites et à nous engager pour construire une meilleure compréhension.
  • À notre socitété moderne: qui nous donne un mode de vie confortable
  • Pour nous donner une seconde chance de vivre en meilleure harmonie avec les autres, la terre, la vie sauvage et établir un équilibreentre respect et compromis.

Lieu

AAu cœur du Nitassinan de Pessamit et d’une réserve de biosphère mondiale de l’UNESCO (5,5 millions d’hectares) La deuxième plus grande réserve de biosphère au Canada. L’expédition se déroule dans la région de Manicouagan – Uapishka, à 270 km au nord de Baie Comeau.

La Réserve mondiale de la biosphère de Manicouagan-Uapishka (RMBMU) a reçu cette distinction en 2007. C’est l’une des plus grandes réserves de biosphère au monde, bordée d’un côté par les eaux du Saint-Laurent entre Pessamit et Baie-Trinité et de l’autre là où la forêt boréale cède la place à la taïga, au nord des monts Uapishka (Groulx). Sa superficie de 54 800 kilomètres carrés est plus de cent fois supérieure à celle de l’île de Montréal.

After the construction of the Dam( 1959-1968), the 2 rivers Après la construction du barrage( 1959-1968), les 2 rivières sont devenues un grand réservoir. Manic 5 et manic 5 PA 50°38′23″N 68°43′37″W ont une capacité de 2692 MW. Il a fallu 13 ans pour remplir le réservoir.

Plongez dans l’espace intérieur du réservoir de la Manicouagan. Une exploration unique pour documenter l’évolution invisible du 4e plus grand cratère du monde, devenu l’un des plus importants et symboliques réservoirs d’hydroélectricité du Canada après la construction de Manic 5 (1968).

Les Histoires

Géologie

  • Il y a environ 215 millions d’années, un astéroïde a percuté la terre au milieu de ce qui est aujourd’hui la plus grande réserve naturelle du Québec, l’île René Levasseur. L'”Œil du Québec” qui en a résulté est visible de l’espace – un cratère d’une centaine de kilomètres de large et l’un des plus grands astroblème du monde.Temps : 215,5 millions d’années (période triasique)
  • Taille de la météorite : +/-8km
  • Diamètre : +/-90 km
  • Localisation : Québec, Canada. N 51° 23′ W 68° 42′
  • Mais pas d’images sous-marines existantes ! ?

Le pouvoir des rivières

  • Prenant sa source près de la frontière du Labrador, la rivière draine les lacs Muskalagan et Manicouagan vers le sud jusqu’à l’embouchure du fleuve Saint-Laurent. 
  • Elle mesure plus de 340 milles (550 km) de long depuis la source de son plus long cours supérieur.
  • La Manicouagan draine plus de 41 000 km carrés (16 000 milles carrés) de cette région fortement boisée, d’où son nom indien signifiant “là où il y a de l’écorce”.
  • Longtemps une importante artère forestière soutenant les immenses usines de pâtes et papiers de Baie-Comeau, la rivière est devenue une importante source d’énergie hydroélectrique ; Hydro-Québec a construit plusieurs centrales – dont le barrage Daniel-Johnson, l’un des plus grands barrages à voûtes multiples du monde – qui, ensemble, ont une capacité de production de plusieurs millions de kilowatts.

La forêt Boréale

  • L’épinette noire est l’espèce prédominante dans les bois de la région, qui font partie de la forêt boréale, le plus grand biome terrestre du monde. Les arbres peuvent avoir plus d’un siècle et abritent une faune caractéristique des dernières forêts anciennes de conifères de la province.
  • La forêt est le territoire de nombreux animaux, dont le caribou des bois, une espèce menacée.
  • Le gouvernement du Québec, s’est engagé internationalement à protéger 50 % de sa forêt boréale – une superficie équivalente à celle de la France.

Les innus

  • Rendre l’invisible à nouveau visible. 60 ans après l’inondation du territoire traditionnel.
  • Les peuples autochtones traversent ces montagnes depuis des milliers d’années et apprécient depuis longtemps cette région et son rôle dans la survie du caribou.
  • Le mode de vie des Innus alternait entre des sites sur la côte en été et, en hiver, des camps le long de la rivière pour traquer le gibier.
  • L’accès au savoir et la réconciliation entre les Innus et les habitants non autochtones sont parmi les questions les plus pressantes à Manicouagan-Uapishka aujourd’hui.

Hydro électricité

Le barrage Daniel-Johnson et la centrale Manic 5, un complexe hydroélectrique situé à 214 km au nord de Baie-Comeau sur la Côte-Nord du Québec, demeurent des symboles forts de la richesse hydraulique et des prouesses techniques du Québec pour une majorité de citoyens québécois. Il est également le symbole de la “Révolution tranquille”.

En 2018, 61 % de la production d’électricité au Canada provenait de sources hydroélectriques.

La fôret submergée

  • Niveau de l’eau : +130 mètres et continue de monter
  • Après la construction du barrage, il a fallu 13 ans pour que le réservoir soit rempli.
  • La forêt est immobile, marquée par les conditions météorologiques et la glace, alors que l’eau recouvre la terre.
  • Des poissons continuent de vivre et de s’adapter dans cet environnement.